Manger varié, bouger plus

Initiatives

Objectif qualitatif

L’industrie alimentaire s’engage à assumer son rôle dans le cadre d’un style de vie sain tel que recommandé par les instances officielles. Elle contribue ainsi à une meilleure santé du consommateur.

Les actions sont mises en place au niveau de l’ensemble du secteur alimentaire (ou d’un sous- secteur) ou au sein d’entreprises individuelles. Elles se déclinent en trois axes :

  1. Offrir aux consommateurs une gamme variée de produits alimentaires, en optimisant des produits existants (notamment au niveau des portions) et en développant de nouveaux produits. Ceci afin de permettre au consommateur de maîtriser encore mieux ce qu’il mange et de prendre soin de sa santé
  2. Permettre au consommateur d’effectuer un choix conscient grâce à une bonne information
  3. Promouvoir, en collaboration avec les parties prenantes concernées, un style de vie sain

Ambitions pour le secteur

  • % entreprises ayant revu la composition de leur produit > 40 %
  • % entreprises ayant pris des initiatives de promotion d'un style de vie sain > 80 %
  • Plateforme holistique intégrée avec tous les partenaires concernés par la problématique

Contribution et plan d'action de FEVIA

  • Sensibiliser les entreprises et relayer les réoccupations des parties prenantes
  • Engager l’ensemble du secteur via des accords volontaires

En :

  • Rédigeant annuellement un rapport nutritionnel
  • Communiquant au minimum 25 fois par an vers les entreprises membres
  • Contactant régulièrement les autorités politiques afin d’obtenir le soutien et la réalisation d’une plateforme holistique

Contribution aux « Sustainable Development Goals »

Indicateurs

Priorité des entreprises en matière de modification de la composition (reformulation) des produits

Product reformulation FR

Les entreprises alimentaires se sont engagées depuis longtemps à modifier la composition de leurs produits, afin de contribuer à un mode alimentaire équilibré. Sur base de l’enquête nutritionnelle réalisée par FEVIA en 2015 (représentativité : 35 % du chiffre d’affaires du secteur), il apparait que deux tiers des entreprises ayant des marques propres ont adapté la formulation des produits existants pour en améliorer les qualités nutritionnelles. Ces modifications ont été réalisées pour 1 à 20 % du portfolio des produits. En 2013, seules un tiers des entreprises avaient pris une initiative en a matière. En comparaison avec les résultats de 2011, les entreprises accordent moins d’importance à la réduction du sel (11 % des initiatives en 2015 contre 21 % en 2011) mais plus à la réduction du contenu en énergie (réduction du sucre et réduction de la taille des portions).

% entreprises appliquant un type d’étiquetage nutritionnel

Nutri Label FR

Big 4 : valeur énergétique, protéines, glucides et lipides ; Big 8 : valeur énergétique, protéines, glucides, sucres, lipides, acides gras saturés, fibres alimentaires et sodium. FIC : valeur énergétique, matières grasses, acides gras saturés, glucides, sucres, protéines et sel. FIC+ : à côté des mentions obligatoires, encore plus d’info)

L’étiquetage nutritionnel n’a cessé d’évoluer ces dernières années. En 2011, les entreprises ont petit à petit généralisé le système d’étiquetage volontaire de type GDA – Guideline Daily Amount ou Apport journalier recommandé. Depuis décembre 2016, les règles d’étiquetage fixées par le  « nouveau » règlement FIC (Food Information to Consumer) sont d’application. Entre 2011 et 2015, les entreprises ont progressivement remplacé l’étiquetage GDA (Guideline Daily Amount) par le nouveau système prévu par le règlement FIC. Sur base de l’enquête nutritionnelle de FEVIA en 2015, 83 % des entreprises mentionnaient que leur emballage est conforme à cette nouvelle réglementation. Certaines donnent plus d’information que celle qui est rendue obligatoire par le Règlement FIC. 55 % des entreprises indiquent ainsi la valeur énergétique à l’avant de l’emballage (Front Of Pack ou FOP).

% entreprises mettant en place des initiatives en matière de promotion d’un style de vie sain

De nombreuses entreprises mettent en place ou soutiennent des initiatives en vue de favoriser une alimentation équilibrée et une activité physique suffisante. Dans l’enquête nutritionnelle réalisée par FEVIA en 2013, 73 % des entreprises signalaient avoir pris une initiative dans ce sens. Il s’agissait souvent de participer à des initiatives collectives du secteur, mais aussi par le sponsoring d’activités sportives, des clubs sportifs locaux ou d’équipes de jeunes (26 %). Le nombre d’entreprises qui collaborent avec d’autres à promouvoir un style de vie sain a baissé en passant de 73 % à 66 % en 2015. Le modèle de partenariat public-privé en matière d’alimentation et de santé est souvent critiqué, ce qui peut expliquer ce chiffre en baisse.

% entreprises ayant un programme de promotion de style de vie sain pour les travailleurs

68 % des entreprises ayant répondu à l’enquête nutritionnelle de FEVIA ont mis en place un programme spécifique pour leurs travailleurs, en vue de promouvoir une alimentation équilibrée et une activité physique suffisante sur le lieu de travail. La mesure la plus populaire prise par les entreprises est la promotion de l’utilisation du vélo pour le trajet domicile-lieu de travail, avec la mise à disposition de l’infrastructure adéquate (parking à vélos, douches). Cela concerne 43,3 % des actions.