Vision

L’industrie alimentaire belge est un employeur important en Belgique. Elle génère des milliers d’emplois directs, mais également indirects puisqu’elle entretient de nombreuses relations commerciales avec des entreprises et agriculteurs qui emploient eux aussi du personnel. Dans ce contexte, quatre points sont à souligner :

1. Générer de l’emploi

L’industrie alimentaire contribue significativement au taux d’emploi en Belgique. Non seulement par les nombreux emplois qu’elle génère (avec un nombre de postes remarquablement stable pour une branche industrielle), mais aussi via la typologie de ses travailleurs.

2. Développer les compétences des travailleurs

Si elles veulent pouvoir s’adapter et continuer à innover et à croître, les entreprises alimentaires doivent pouvoir s’appuyer sur des collaborateurs compétents, motivés et capables de les aider à apporter des réponses à leurs défis. La mise sur pied de formations présente de nombreux avantages : grâce à elles, les travailleurs peuvent améliorer leurs compétences, effectuent leur travail de manière plus efficace et sont plus enclins à rester actifs sur le marché du travail.

3. Veiller à un environnement de travail de qualité

Pour qu’une entreprise fonctionne à un niveau optimal, tous ses collaborateurs doivent participer à son développement. Ils le feront d’autant mieux s’ils se sentent bien dans leur environnement de travail. C’est pour cette raison que l’industrie alimentaire accorde une attention particulière à l’intégration de tout type de travailleurs. Elle prend des mesures pour améliorer le bien-être de ses travailleurs, notamment en rendant l’environnement et les conditions de travail les plus agréables possibles et en veillant sur leur santé.

4. Assurer des bonnes conditions de travail au-delà de nos usines et frontières

De nombreuses entreprises alimentaires belges s’approvisionnent en matières premières quasi exclusivement en Europe, voire uniquement en Belgique. C’est le cas de l’industrie sucrière, de l’industrie laitière, des entreprises de pommes de terre, des eaux et boissons rafraîchissantes, des entreprises de transformation de légumes ou encore de celles de transformation de la viande. Mais il y a aussi des entreprises alimentaires belges qui importent une partie importante de leurs matières premières d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud.

L’industrie alimentaire belge estime que les conditions de travail des agriculteurs et des travailleurs de ces pays constituent un point d’attention important.